Imprimer

Appel de la Coordination internationale des travailleurs de l’automobile au 1er Mai 2016 et à la Journée mondiale pour la santé et pour la sécurité au travail (28 avril)

le .

icog kopf

26 avril 2016

Appel de la Coordination internationale des travailleurs de l’automobile

au 1er Mai 2016 et à la Journée mondiale pour la santé et pour la sécurité au travail (28 avril)

Travailleurs de l’automobile, faisons du 1er Mai une journée commune pour surmonter la division en groupes industriels et en nations – et une journée mondiale de lutte des travailleurs de l’automobile pour le salaire, l’emploi et la protection de l’environnement !

Les travailleurs de l’automobile dans le monde entier, tels que les travailleurs de Renault en Turquie, les personnels de GM au Brésil, en Inde, en Colombie, en Allemagne, les travailleurs de Tata en Inde, Lear en Afrique du Sud, Daimler en Allemagne, ou des personnels de Volkswagen en divers pays, mènent d’importantes luttes contre les licenciements, la pression sur les salaires, les fermetures d’usines et pour des droits syndicaux. Nous avons des ennemis communs : « Les groupes industriels et les gouvernements répandent le mensonge du démontage des emplois socialement acceptable, ils atténuent les contradictions par des paiements de chômage partiel ou par des primes spéciales, ils dressent notre souci et la défense de l’environnement contre les emplois ou ils essaient d’’acheter’ notre lutte pour nos emplois par des indemnités  »

Avec la fondation de la Coordination des travailleurs de l’automobile en octobre 2015, nous nous sommes mis à construire une force supérieure contre ces manœuvres, la force du mouvement combatif international des travailleurs de l’automobile de différentes usines, de différents groupes et pays. Nous relevons de grands défis : « De moins en moins de gens ne peuvent ni veulent se résigner à ce qu’eux-mêmes et surtout la jeunesse soient privés de leur avenir. Pendant que les entreprises et le capital font des affaires dans tous les coins du monde, on refuse aux travailleurs et aux peuples le droit de migrer, ce qui a conduit à des tragédies, principalement dans les pays pauvres. Dans le monde entier, des travailleuses et travailleurs luttent contre l’exploitation capitaliste, contre l’exploitation d’enfants, contre l’exploitation particulière des femmes, la discrimination et le sexisme, les masses populaires contre la décharge du poids des crises sur leur dos, contre la destruction de l’environnement et les guerres, contre la discrimination en raison de la couleur de peau, de l’origine ou de l’identité sexuelle. Nous les travailleurs de l’automobile constituons une partie importante de centaines de millions de travailleurs industriels. Nous donnons tout pour devenir ensemble une force supérieure au capital financier international qui domine aujourd’hui l’économie et la politique mondiales et les appareils de répression des États. » (Les deux citations sont prises de la déclaration de fondation de la Coordination des travailleurs de l’automobile)

Nous appelons tous les travailleurs de l’automobile, femmes et hommes et ceux qui s’allient à leur lutte à devenir membres de la Coordination internationale des travailleurs de l’automobile !

Dans le monde entier, des millions de travailleurs ont des accidents, dont des centaines de milliers sont mortels. Selon des estimations de l’OIT, on compte par an autour de 270 millions d’accidents du travail, plus environ 160 millions de cas de maladies professionnelles. Toujours selon l’OIT, 5.000 travailleurs meurent chaque jour par des accidents ou maladies en rapport avec le travail ; cela fait plus de trois par minute. 22.000 de ces victimes du travail sont des enfants. Ce sont des chiffres qui dépassent actuellement toute guerre. Parmi les travailleurs de l’automobile, la situation n’est pas différente, malgré tous les progrès techniques. Les grands groupes automobiles multinationaux se préoccupent d’assurer et d’augmenter leurs profits et n’investissent pas suffisamment dans la sécurité et la santé des travailleurs. Le résultat est que nous avons un grand nombre de blessés dans les entreprises, qui après un accident sont discriminés et méprisés. L’insécurité des emplois augmente aussi les accidents et les cas mortels. Comme prévu par la décision de notre Conférence internationale des travailleurs de l’automobile, nous porterons cette discussion dans tous nos lieux de travail entre le 28 avril et le 1er Mai.

Stop aux morts et aux accidents du travail !

Fortifions l’unité internationale des travailleurs par des activités militantes lors du 1er Mai, journée internationale de lutte de la classe ouvrière, et du 28 avril, journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail !

 

La date du 28 avril pour la commémoration des victimes d’accidents du travail est apparue au Canada sur l’initiative du mouvement syndical ; elle a été propagée dans divers pays par les syndicats et des associations et alliances locales et internationales. La journée a été choisie pour commémorer un accident en 1969 dans une mine de Virginie aux États-Unis, où furent tués 78 ouvriers. En 2003, l’organisation internationale du travail (OIT) a dédié cette journée à la réflexion sur la sécurité et la santé au travail.

 Téléchargement