Imprimer

Lettre internationale d’information GM-PSA n° 10 – février 2016

le .

Des représentants de la coordination internationale du groupe GM / PSA

Lettre internationale d’information GM-PSA     n° 10 – février 2016

Cher/e/s collègues, cher/e/s ami/e/s,

Félicitations à nous tous pour cette 1ère Conférence internationale des travailleurs de l’automobile qui s’est tenue du 14 au 18 octobre à Sindelfingen ! Nous espérons que tous les participants sont bien rentrés et qu’ils répandent chez eux nos expériences communes.

Les délégués de la conférence ont adopté la résolution constitutive et les principes organisationnels de la Coordination internationale des travailleurs de l’automobile et ont élu un groupe de coordination de 10 personnes. Cela constitue un nouveau niveau de la coopération, après 17 ans de préparation avec 7 Conseils des travailleurs de l’automobile. Dans la résolution constitutive, on peut lire :

« Nous les travailleurs de l’automobile sommes une partie importante des centaines de millions de travailleurs de l’industrie. Nous nous engageons pleinement pour devenir ensemble une force supérieure au capital financier international qui domine aujourd’hui l’économie et la politique mondiales et les appareils d’oppression des États.

Nous appelons tous les travailleurs de l’automobile, femmes et hommes, et les alliés de leur lutte, à devenir membre de la coordination internationale en signant la résolution constitutive. »

gm 10 b

La résolution finale donne un résumé des résultats enthousiasmants :

 

« D’un flambeau jaillissent des milliers – nous les portons dans le monde !

 

La 1ère Conférence internationale des travailleurs de l’automobile s’est tenue avec succès et enthousiasme du 14 au 18 octobre à Sindelfingen/Allemagne. Les 17 ans de préparation par les sept Conseils internationaux des travailleurs de l’automobile ont trouvé leur apogée avec la fondation d’un mouvement international de coordination des travailleurs de l’automobile.

41 délégués de 19 pays ont adopté à l’unanimité la Résolution de constitution et les principes d’organisation et ont élu un groupe international de coordination pour la collaboration ferme et durable. Ils représentent, en tant que syndicalistes militants et délégués du personnel, la base combative des personnels des principales multinationales de l’industrie automobile et de sa sous-traitance au niveau mondial. » Tous les documents sont accessibles sur le site internet www.iaar.de et devraient être publiés le plus largement possible. Nous ne nous sommes pas seulement réunis pour discuter, mais aussi pour faire la fête et une manifestation combative à travers le centre-ville de Sindelfingen.

À l’avenir, il y aura, entre autres, tous les ans des activités communes entre le 28 avril et le 1er Mai qui se réfèrent à la Journée internationale tant de la sécurité au travail que de la lutte de la classe ouvrière.

Bien sûr, la crise autour du groupe Volkswagen a intensément préoccupé la conférence, et nous en avons tiré nos conclusions pour la lutte pour sauvegarder la Terre de l’économie du profit.

Dans le forum pour les personnels de GM et PSA, ont été représentés 10 pays, dont quelques nouveaux collègues. Nous avons surtout discuté que nous voulions collaborer encore plus étroitement, non seulement pour la solidarité avec les luttes, mais aussi pour échanger nos expériences sur les moyens d’améliorer la discussion quotidienne avec les collègues qui travaillent à la chaîne, afin de préparer de plus grands combats communs. Il faut aussi que nous nous occupions de toutes les questions de la vie qui font l’objet de notre travail quotidien comme la situation du logement, le mouvement des réfugiés, la situation des familles, la santé, la question de l’environnement etc.

On nous a informés que des fermetures d’usines sont imminentes entre autres en Inde et en France ; nous mènerons une lutte commune contre cela. Merci de nous tenir constamment au courant.

Les trois représentants publics de la collaboration du groupe chez GM et PSA ont été confirmés. Mancha (Luiz Carlos Prates) du Brésil, Frank Hammer des États-Unis et Fritz Hofmann d’Allemagne. Nous vous remercions de la confiance !

La deuxième Conférence internationale des travailleurs de l’Automobile aura lieu en 2019. Les villes désirant organiser cette conférence peuvent encore présenter leur candidature.

Voici, comme d’habitude, des informations actuelles du groupe :

1. La lutte contre les fermetures d’usine en Inde et en France.

Nous avons déjà appris, lors de la Conférence des travailleurs de l’automobile, que GM veut fermer l’usine à Halol/Inde, et que PSA veut fermer une des deux usines à Metz/France.

Suivant un appel d’Inde, nous avons organisé des messages de solidarité. En janvier, les travailleurs de GM Halol ont organisé pendant plusieurs jours des protestations devant la succursale de GM où travaillent 1.500 personnes travaillent, dont environ un tiers comme travailleurs intérimaires. Ceux-ci ont organisé des sit-in devant l’entrée de l’usine pour obtenir des emplois fixes. L’administration de l’État fédéral Gujerat examine actuellement la demande de GM à délocaliser la production pour l’intégrer dans son usine de Taelgaon à Maharsthra. Il y a 20 ans, GM a acheté le terrain aux paysans à bas prix ; maintenant, il veut le revendre cher, parce qu’il est situé dans la ceinture industrielle prévue de Delhi à Mumbai. Mais la résistance du personnel de Halol s’y oppose, étant muni d’expériences de luttes et de la solidarité internationale à poursuivre encore ; merci de vous adresser à Nihil Mehta, le secrétaire général du syndicat Gujarat Kamdar Mandal Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2. Solidarité avec les collègues de GM-Bogota / Colombie.

Le lundi 26 octobre 2015, les travailleurs de GM-Bogota ont reçu une lettre de la direction, leur demandant de renoncer « de leur plein gré » à leur emploi, contre une indemnité qui serait versée individuellement !  Cette offre ne serait valable que jusqu’au 31 octobre 2015, après, on prononcerait des licenciements sans indemnité.

gm 10 a

Pour 28 travailleurs, des licenciements ont été prononcés sans délai. Les collègues ont porté plainte contre leur licenciement, soutenus par leur syndicat SINTRA-GM-COL. GM-Bogota a dû retirer le licenciement d’un collègue. Il est très important que SintraGMCol et Sintraime, les deux syndicats dans l’entreprise et tous les deux participants soit de la Conférence internatio-nale soit des Conseils internationaux des travailleurs de l’automobile coopèrent étroitement ! L’affrontement sur les emplois continue, les collègues ont besoin de soutien solidaire. Écrivez des messages au syndicat SintraGMCOL Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et au président du comité d’entreprise Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou bien au syndicat Sintraime Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

3. Le 16 janvier 2016, les collègues de la liste « Offensiv » d’Opel Bochum/Allemagne

pour les élections du comité d’entreprise ont réalisé une grande manifestation pour l’anniversaire de la fermeture de l’usine de Bochum, ensemble avec le mouvement national des manifestations du lundi et l’initiative de femmes « Basta ! » Dix messages internationaux pour cette manifestation ont démontré comment le flambeau de la lutte se multiplie et se propage dans d’autres usines et d’autres pays. Un grand merci pour ces formidables salutations solidaires. General Motors n’est pas arrivé par cette fermeture d’usine à faire subir une défaite humiliante aux travailleurs. Bien au contraire, ils n’ont pas réussi à mettre le personnel à genoux.

Dans leur intervention, les collègues de la liste « Offensiv » ont dit :

« La vraie leçon d’Opel est que l’usine n’a pas été fermée parce que nous avons lutté, mais c’est grâce au fait que nous avons lutté si fermement, entre autres en 2004, que la fermeture a pu être empêchée pendant plus de dix ans ! »

Dans l’usine d’Eisenach et dans l’usine des boîtes de vitesse de Rüsselsheim, Opel veut que le travail du samedi soit compris dans la durée régulière légale du temps de travail. Jusqu’ici, le personnel d’Opel a réussi à avoir le weekend libre, ce sont deux jours de repos, de temps pour la famille et pour des activités sociales. Les collègues sont confrontés au chantage renouvelé avançant que l’avenir des emplois serait mis en danger si l’on ne pouvait pas produire à plein temps le samedi. Il est important de comprendre cet affrontement comme une lutte commune internationale contre le chantage et la division. Si GM arrive à faire produire le samedi dans cinq usines, une usine sera menacée de fermeture. C’est une des raisons pour lesquelles les collègues d’Eisenach et de l’usine sœur de Saragosse font bien d’être en relations étroites par la Conférence internationale des travailleurs de l’automobile.

Actuellement, une question clé pour le personnel en Allemagne est de savoir si nous nous plions devant l’objectif imposé d’un soi-disant « zéro noir » dans le bilan européen d’Opel, ou si nous présentons nos revendications avec aplomb. Nous refusons la propagande que nous produirions des prétendues « pertes » depuis de nombreuses années. Il s’agit uniquement de l’augmentation des profits maximaux dans la lutte concurrentielle pour avoir la commande sur le marché mondial, et on veut nous y embrigader et nous entraîner dans la concurrence les uns contre les autres. General Motors a publié un profit record de 9,7 milliards de dollars pour l’année 2015 !

Suite à la crise de Volkswagen, General Motors est obligé à des investissements considérables pour mettre les moteurs Diesel au niveau. Par conséquent, il n’y aura probablement plus le choix du moteur Diesel pour les petites voitures comme la Corsa. Ce qui prouve indirectement que dans le passé, General Motors aussi a trompé le public sur la nocivité de ces moteurs. Nous nous engageons pour des transports entièrement sans émissions nocives. Nous n’acceptons nullement que les travailleurs payent pour les conséquences par la réduction des salaires, l’extension des heures de travail ou d’autres dégradations !

4. Du 18 au 25 janvier, les collègues de GM Sao José dos Campos au Brésil ont fait grève avec succès pour une augmentation des paiements de bonus et contre la menace d’une réduction. Félicitations ! Nous avons pu transmettre des messages de solidarité d’Inde, de l’Iran, d’Afrique du Sud, de Colombie, d’Allemagne et de l’ICOG de la Conférence des travailleurs de l’automobile. L’alerte à la grève dans les deux autres usines brésiliennes de GM, Sao Caetano du Sul et Gravatai a certainement bien contribué au recul de GM.

5. Des appels à la solidarité pour deux grèves importantes aux États-Unis nous sont parvenus début décembre 2015 :

  • Le groupe familial Kohler dans le Wisconsin, qui est lié étroitement au gouverneur ultraréactionnaire Scott-Walker, veut introduire dans son usine le fameux « salaire à deux vitesses (two-tier-wage)». 94 pour cent des 2.100 employés ont voté pour la grève, et des piquets de grève expliquent fièrement que bien que n’étant pas touchés par ce deuxième échelon de salaire, ils luttent pour les collègues qui seront employés dans le futur.
  • À Saginaw, Michigan, 97 pour cent des 3.200 travailleurs du sous-traitant Nexteer (autrefois dans le groupe GM, aujourd’hui dans l’entreprise chinoise Pacific Century Motors) ont refusé un compromis dans les négociations salariales et se sont mis en grève. La direction syndicale avait déjà consenti à ce compromis. L’usine GM à Flint a été directement touchée par le manque de pièces.

Normalement, nous transmettons de tels appels de solidarité directement au groupe.

6. Dans une usine de Faurecia (groupe PSA) près de Betzdorf en Allemagne occidentale, un arrêt de travail de plusieurs jours a eu lieu en novembre 2015. Les collègues se sont ainsi défendus contre les menaces de licenciements et de réductions de salaires. Nous leur avons apporté la déclaration de solidarité suivante :

Cher/e/s collègues,

Au nom de la coordination internationale du groupe chez General Motors et PSA, j’aimerais vous féliciter de ce pas conséquent en arrêtant la production par une assemblée du personnel à durée indéterminée.

C’est la bonne réponse à l’annonce scandaleuse du groupe que 40 emplois seraient supprimés et que les collègues restants devaient renoncer à 32 pour cent de leur salaire. (…)

Nous vous assurons de faire connaître votre lutte dans le monde entier et d’encourager la solidarité. Vous trouverez plus d’informations sur la Conférence internationale des travailleurs de l’automobile sur www.iaar.de. Entrez en contact avec la coordination chez GM et PSA !

Nous vous remercions comme toujours du grand nombre d’informations.

Salutations cordiales et solidaires

                                   Luiz Carlos Prates (Mancha), Frank Hammer et Fritz Hofmann