Imprimer

Les ouvriers de l’automobile se mobilisent – dans le monde entier !

le .

Les ouvriers de l’automobile se mobilisent – dans le monde entier !
Nous nous mettons à présent en route
pour la coordination et la coopération mondiales
des activités combatives des travailleurs de l’automobile :
En avant vers
la Première Conférence internationale des travailleurs de l’automobile en 2014/15 !

 1) Les 3 et 4 octobre 1998, le 1er Conseil international des travailleurs de l’automobile (CITA) eut lieu à Cologne avec 450 participants de 10 pays. Depuis, ce forum des ouvriers, des employés, des apprentis et de leurs familles de l’industrie automobile et sous-traitante a eu lieu tous les deux ou trois ans. Le 7e CITA en 2012 avec plus de 600 participants de 20 pays a représenté plusieurs millions de travailleurs de l’automobile du monde entier.

Le CITA s’engage sur une base indépendante des partis pour la solidarité internationale combative et l’unité du mouvement des ouvriers, contre le capital financier international et les programmes de crise nationaux. L’échange d’expériences, les chartes internationales de solidarité chez GM, VW, Daimler, Ford et Bosch, des visites réciproques et l’engagement pour la solidarité transfrontalière des travailleurs respectifs ont consolidé la cohésion et la compréhension réciproque, et ont contribué à une relation de confiance croissante. Nous avons intégré dans le cadre de notre programme la protection de l’environnement naturel et la libération de la femme. Par notre culture du débat solidaire et les relations entre personnes démocratiques et égales en droits, nous avons pu éclaircir des différences d’opinion, quelquefois simplement nous respecter et perfectionner nos principes démocratiques. Le programme international de lutte de 2009 a exprimé une unification croissante et a souligné notre responsabilité dans la lutte pour conserver l’environnement naturel.
L’heure est arrivée pour faire un pas de plus !

2) La crise mondiale économique et financière, qui se trouve à la veille d’un nouveau plongeon, et toute la propension de la domination capitaliste mondiale à produire des crises aggravent les effets sur les bases de vie des travailleurs de l’automobile et leur lancent de nouveaux défis. Dans l’industrie automobile internationalisée, nous travaillons main dans la main d’un pays à l’autre, d’un site à l’autre. La soif de profit utilise ce mode de production international contre nous, nous divise et nous dresse en concurrents. Dans la lutte bataille pour être le no 1, sans pitié, chaque groupe pousse à l’extrême l’offensive d’exploitation dans le monde, tout en criminalisant davantage le mouvement des travailleurs. Les bases naturelles d’existence de l’humanité sont détruites sans scrupules, et il y a la menace d’une catastrophe écologique mondiale. L’avenir de notre jeunesse est en danger ! La résistance progresse dans le monde entier. Les mouvements insurrectionnels en Afrique et au Proche et Moyen Orient ainsi que la lutte du peuple grec ont notre pleine solidarité. Le CITA s’engage, de l’Inde à l’Italie, des États-Unis à la Corée, du Brésil aux Philippines, pour que les travailleurs de l’automobile prennent la responsabilité de l’avenir sociétal. Nous ne nous laisserons interdire ou dissuader par personne de penser plus loin que le système capitaliste ! Le mot d’ordre révolutionnaire de Karl Marx : « Prolétaires de tous les pays – unissez-vous ! » est pour nous d’une nécessité et d’une attractivité nouvelles.

3) Nous sommes fiers de pouvoir appeler maintenant à la création d’une nouvelle forme d’organisation, qui sera la transition de conseils à caractère informel vers une coordination internationale plus organisée. Nous concluons ainsi un pacte de soutien réciproque. Nous refusons catégoriquement la division et le dénigrement mutuel des équipes d’un site à l’autre, le social-chauvinisme, la politique de collaboration de classe, le comanagement ou la lutte concurrentielle entre les différentes marques de voiture sur le dos des équipes. Notre engagement : refus de faire briseur de grève, pour la solidarité combative, renforcement de l’organisation syndicale commune, échange régulier d’informations et d’expériences et coordination et coopération supranationales au niveau des luttes. Pour la collaboration étroite avec les travailleurs de toutes les branches, avec les mouvements de la jeunesse, des femmes, pour la protection de l’environnement, avec tous les mouvements populaires et le mouvement révolutionnaire du monde. Renforçons la solidarité internationale et la transition à des luttes communes pour des revendications communes !

4) Créons d’ici 2014/15 toutes les conditions préalables essentielles pour la première Conférence internationale des travailleurs de l’automobile ! Construisons ensemble ses quatre piliers :

1. une assemblée de délégués qui comprendra jusqu’à 5 délégués par pays et qui prendra des décisions
2. des forums de coopération internationale au niveau des groupes industriels
3. des groupes de réflexion et des ateliers
4. une large participation avec des animations variées (débats, ateliers, culture). L’évolution vers la coordination des travailleurs de l’automobile veut dire : fiabilité sur la base des décisions prises par consensus démocratique de la Conférence internationale des travailleurs de l’automobile ; respectivement sur la base de décisions des différentes forces et organisations de participer activement à une tâche. Nous appelons les représentant(e)s de syndicats, des équipes des entreprises, les familles des travailleurs et travailleuses de l’automobile, des regroupements, des associations, des groupes culturels ou politiques du mouvement des travailleurs de l’automobile et de leurs familles dans les différents pays à participer à la préparation et à la réalisation de la 1
ère Conférence internationale des travailleurs de l’automobile. Sont exclues les tendances fascistes, racistes, sexistes et fanatiques religieuses.

5) Nous proposons les règles suivantes pour la coordination future :

Les travailleurs de l’automobile se mobilisent – voilà l’idée directrice qui nous unit dans le monde. Dans les différents pays, ce mouvement peut s’exprimer sous différentes formes de solidarité des forces combatives (de classe).

Nous travaillons sur la base de chartes de solidarité et du programme de lutte commun de 2009 et nous continuons à développer ces conventions.

La préparation de la Conférence internationale des travailleurs de l’automobile dans les différents pays est portée par l’idée de renforcer le mouvement des travailleurs de l’automobile, ses formes d’organisation syndicale et politique dans chaque pays.

L’accord pour une décision, et la confirmation de collaboration engage à mettre en œuvre activement cette décision selon les conditions et les possibilités dans chaque pays. Nous appelons tous les travailleurs à exiger de leurs syndicats et leurs dirigeants de lutter ensemble avec nous pour les droits des travailleurs et de renoncer à la collaboration des classes. Nous débattons l’idée de l’unité syndicale maximale, nationale et internationale, sur une base antifasciste et indépendante des partis.

Tous les participants s’engagent à une culture de débat démocratique, au respect mutuel et au refus d’attaquer d’autres participants. Préparons tous la Conférence internationale des travailleurs de l’automobile dans un processus international de discussion et d’organisation entre participants égaux en droits !

Chaque organisation ou personne individuelle signataire de l’appel s’engage selon ses possibilités à y jouer un rôle actif et à mobiliser en conséquence ses contacts nationaux et internationaux.

Cet engagement inclut la responsabilité de réaliser l’indépendance financière et une politique financière active ainsi que des contributions financières pour le projet commun. Les moyens sont gérés par le comité de coordination et soumis à une vérification comptable régulière.

Pour progresser dans l’unification et dans la préparation de la Conférence internationale des travailleurs de l’automobile et l’élection des délégués, organisons en 2013 et en 2014, si possible, des assemblées nationales des travailleurs de l’automobile !

Pour la préparation et l’organisation de la 1ère Conférence à Sindelfingen en Allemagne, nous créerons un comité de coordination international composé de représentant(e)s de 9 pays, qui pourra être complété par des représentants du pays ou continent où sera réalisée la 1ère Conférence des travailleurs de l’automobile.

Le site internet sert à l’information réciproque. Il doit être aménagé et utilisé au niveau international. Dans la phase de préparation de la 1ère Conférence internationale des travailleurs de l’automobile, il sera géré par un pays, sur ordre du groupe de préparation.

Pour l’instant, la langue de base est l’anglais.

En avant vers l’unité internationale des travailleurs !